ISSEO
Accompagner le développement de la scolarité sur-mesure à Paris

Le développement des habitudes de travail chez l'enfant : La procrastination

Adolescents

 


 

Les problématiques récurrentes de confiance en soi à l'école que j'observe lors de mes consultations m'ont amené à me poser de nombreuses question quant aux méthodes de travail utilisées

Dans de nombreux cas, l'enfant a des problèmes de concentration et d'attention qui entrainent une perte de confiance en soi et souvent de mauvais résultats scolaires.

J'ai été confronté à divers constats lors de ses observations en séance :

  • Les enfants sont confrontés à beaucoup de matières, ce qui leur demande une gestion rigoureuse de leur effort et de leur emploi du temps ce qui n'est pas aisé pour la majorité de ceux que je rencontre pour les problématiques décrites précédemment.

  • L'attente vis à vis des résultats et la pression liée à cette attente impacte la confiance et l'estime de soi de l'enfant dans le cas d'échecs répétés.

  • Chaque enfant a des affinités particulières avec certaines méthodes d'apprentissage et il est parfois difficile, pour certains d'entre eux, de trouver la leur.

Face à ces constats, j'ai commencé me pencher vers des méthodes permettant aux enfant – et aux parents – de développer des techniques adaptées à chacun.


 

Les grands thèmes de cette technique de développement des habitudes de travail chez l'enfant suivent un fil rouge qui demandera à votre enfant de :

  • Revisiter ses méthodes de travail ; ce qui lui demandera d’abord de les identifier, de quantifier le temps qu'il passe à travailler et de rechercher le sens de ce travail.

  • Prendre le temps d’analyser ces résultats et de les assimiler 

  •  Faire le ménage, en choisissant les méthodes de travail que, votre enfant et vous, voulez garder et ceux que vous voulez abandonner en fonction des bénéfices qu’ils apportent.

  • Se poser ensuite la question de sa manière de travailler : Est ce qu'il travaille mieux dans sa chambre, avec de la musique, après le gouter, avant d'aller au parc ?

  • Décider de la meilleure manière de travailler en n’oubliant pas de donner du sens à ses choix : Quel est le bénéfice de chacune de ses actions ?

  • Développer des habitudes et les rendre plus performantes et adaptatives en fonction du changement d'environnement

  • Faire un feedback sur les méthodes de travail avec votre enfant à la fin de chaque trimestre à la lumière de ses résultats en accompagnant la transformation des ses habitudes plus qu'en jugeant ses résultats.


 

Nous allons nous concentrer aujourd'hui sur une problématique qui fait beaucoup parler d'elle : La procrastination


Je vous propose, afin de la définir précisément de s'appuyer sur Wikipédia :

La procrastination (du latin pro « en avant » et crastinus « du lendemain ») est une tendance à remettre systématiquement au lendemain des actions (qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non). Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate.


 

Si le fait de procrastiner ne semble pas bien grave à première vue, parfois, cela peut avoir des conséquences dramatiques  – comme celles de ne pas repousser ses limites ni d’apprendre de nouvelles choses… A trop remettre à demain, votre enfant pourra accumuler anxiété et perte de confiance en soi qui vont de pair avec la procrastination.


 

L'un des premières choses à faire dans ce cas est de commencer par tenter de comprendre le comportement de votre enfant car il ne s’agit pas forcément de paresse. Un certain nombre de facteurs conduisent en effet votre enfant à procrastiner :

  • Le manque d’intérêt et l'ennui 

  • Le manque de discipline de travail 

  • L’anxiété, la peur de l’échec, la peur du succès, celle du regard de l’autre… 

Que peut donc faire un parent pour aider son enfant ?

Parlez à votre enfant pour mieux le comprendre et pour mieux l’aider :
Le plus souvent, les enfants sont prêts à partager s’ils se sentent en confiance. Ils ont besoin de croire que vous voulez vraiment les comprendre et les aider.

1/ Posez des questions ouvertes (questions dont la réponse naturelle n'est pas « oui » ou « non ») à votre enfant en le laissant formuler seul sa réponse.

 

L'une des meilleures manières de commencer l'accompagnement de votre enfant est le questionnement bienveillant ; il vous permet de cous connecter avec certains besoins, peurs de votre enfant, mais lui permet aussi de prendre conscience de la réalité de la situation :

 

  • Comment est ce que tu te sens avant, pendant après un contrôle, un passage au tableau ?

  • Quels sont les moments, les endroits où tu n'arrives pas à travailler ?

  • Quel objectif t’es-tu fixé par rapport à cette tâche (notes, délai, niveau de compétence, etc) ?  

  • … 

 

Comprendre comment votre enfant interprète la situation vous aidera à lui donner des réponses appropriées.

 

2/ Exprimez vos attentes de manière spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporelle.

 

Vous avez peut être reconnu là l'acronyme SMART qui définit le cadre d'un objectif performant.

SMART comme :

 

  • Spécifique

Avant toute chose, dites-vous bien qu'il ne sert à rien de chercher à atteindre des objectifs s'ils ne sont pas clairement définis.

  • Mesurable

Deuxième volet de la méthode : définir des objectifs quantifiables, mesurables. Vous devez être en capacité de pouvoir mesurer les retombées attendues par le travail fourni.

  • Atteignable

Assurez-vous à ce stade que les objectifs que vous avez déterminés en amont avec votre enfant soient bel et bien à sa portée 

  • Réaliste

Il est important d'être réalistes par rapport aux moyens et au temps dont votre enfant dispose.

  • Temporellement défini

Définir une limite dans le temps, fixer une deadline, permet de générer un engagement fort, de développer un effort soutenu et donc à terme pour votre enfant d'atteindre plus facilement ses objectifs.

 

Les enfants ont tendance à surestimer les attentes de leurs parents. Assurez-vous d’être clair dans ce que vous attendez de lui.

Par exemple, un enfant peut penser que vous attendez de lui, les meilleures notes dans toutes les matières. Cela peut être réaliste pour les enfants performants, mais pour les enfants en difficulté, ces attentes peuvent paraître démesurées. Dans ce cas, centrez-vous sur des attentes réalisables spécifiques telles que l’organisation des devoirs par exemple.

 

4/ Aidez votre enfant à gonfler son estime de soi

 

Demandez à votre enfant d’identifier et de noter les qualités qu’il pense avoir pour réussir une action qu’il aime: 

 

  • passionné

  • curieux

  • sérieux

  • créatif

  • social

  • volontaire

  • tenace

  • .

 

Obtenir de votre enfant qu’il se concentre sur les traits de personnalité qu’il possède déjà et qu’il peut utiliser dans une situation plus complexe pour lui, comme celle des devoirs, lui permet de renforcer son estime de soi. 

Vous pouvez par exemple lui demander : “Comment pourrais-tu utiliser, ici pendant tes devoirs,  une de tes qualités, l’énergie par exemple, que tu utilises en football ? “

 

5/ Vous avez déjà vécu des hauts et des bas, utilisez votre expérience pour l'aider

 

Dévoilez vos propres peurs et décrivez la façon dont vous les avez surmontées. En connaissant vos imperfections et vos efforts, vous pouvez empêcher votre enfant de se sentir inférieur.

 

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions à propos de cet article, nous verrons la semaine prochaine le développement de la planification du travail de votre enfant en identifiant ce qui le pousse à agir.


 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.